Est-ce que tu as des rêves ? c’est une question importante à laquelle tu dois pouvoir répondre sans hésitation. Voilà quelques temps que j’avance sur mon bout de chemin solitaire et j’ai bien hésité parfois à faire demi-tour, histoire de retourner dans mon confort. Il est parfois difficile d’avancer sans main tendu ou d’avancer aveuglément. L’impression de solitude t’envahi et le froid vient te bercer pour te rappeler que tu es loin de chez toi. Cependant, il y a bien une chose à laquelle je n’ai pas douté et cette chose, ce sont mes rêves. Malgré le sentiment d’être incompris et même pointé du doigt par moment, je n’ai pas lâché mon envie d’indépendance et de liberté. Dans cet article, je vais te partager quelques idées pour te protéger et te détacher du regard des autres, afin de continuer à te diriger vers ce qui te fait rêver.

Alpha Ursae Minoris

Et non, ce n’est pas une formule magique prononcé par Harry Potter. L’étoile polaire, dont le nom scientifique est inscrit juste au dessus, est un moyen de se focaliser sur son objectif afin de faire abstraction du regard des autres. Dans notre quotidien, tu le sais bien, beaucoup d’événements se produisent ; certains peuvent être contrôlé et d’autres à l’inverse, ne dépendent pas de notre ressort. Des imprévus viennent alors à notre rencontre pour essayer de nous détourner de notre objectif final. Ils peuvent donc prendre différentes formes : 

imprévu de la vie : panne de voiture, une erreur commise au travail, une crise économique ou encore un décès.

imprévu impulsif : achat inutile provoqué par l’euphorie d’une pub bien faite, un commentaire sur ton rêve qui vise à le détruire, une faim sur-mesure et sur-chiffré, la flemme qui marque ton quotidien ou encore une drogue que tu as du mal à arrêter.

 Bref, tu l’as compris, il y a plein de moyen d’être détourné de son objectif final et le fait de visualiser et de focaliser son attention sur ton Alpha Urae Minoris te permettra d’éviter de t’égarer dans le vide de l’espace.

Photo de Andrew Preble sur Unsplash

Une scène courtisée

“Trois sortes d’amis sont utiles, trois sortes d’amis dont néfastes. Les utiles : un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé. Les néfastes : un ami faux, un ami mou, un ami bavard.”

Confucius

La réussite est une scène à laquelle beaucoup de personne souhaite, tant bien que mal, accéder. Certaines personnes usent alors de stratagèmes peu orthodoxe pour y parvenir.

La concurrence est donc rude. Alors, il te faudra t’entourer d’une équipe de personne dont tu pourras avoir confiance pour faire face au regard des autres. C’est-à-dire, que ta parole ne sera pas jugée sans avoir été écoutée ou alors que tu puisses te confier sans pour autant être trahi par la suite. Seul le temps pourras te permettre de connaître ceux qui sont apte à t’aider. Je t’invite à aller lire des biographies de personnalité tel que Elon Musk ou Steve Jobs pour que tu puisses t’inspirer de ce fait plus facilement. 

Par ailleurs, tu constateras que ton savoir et tes capacités seront vite une attraction ou un prétexte pour devenir ton ami. Ne te fais pas avoir par ces personnes qui cherchent à briller en utilisant ta lumière. Elles auront peu de choses à t’apporter en dehors d’une charge supplémentaire. Il faudra t’aguerrir pour faire le tri.

Si tu es passionné par ton travail, n’oublie pas qu’un artiste se nourri des applaudissements du monde mais fini par se reposer, seul, loin de ce dernier.

Photo de Manos Gkikas sur Unsplash

La critique et le jugement du monde

Plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui.

Sacha Guitry

Lorsqu’on sort de l’ombre pour exposer ses découvertes ou son projet, il y a des chances que le public ne fassent pas l’unanimité. 

Rares sont les personnes avec un talent inné et qui réussissent sans difficulté tout ce qu’elles entreprennent. Exceptionnelles sont les personnes dont leur réussite fut immédiate et sans contestation. 

Si comme moi tu fais parti de ces personnes là, tu devras faire face au regard des autres, ce qui implique la critique et aux jugements de ceux qui croiseront ta route. Ils pourront être positifs comme négatifs. Des compliments, des conseils, des critiques positives ou alors des attaques visant à te déstabiliser, une vengeance personnelle, de la jalousie, du mépris, etc.

L’opinion du monde que tu côtoies est important pour pouvoir avancer . Pourquoi ?

Parce qu’une critique peut te permettre d’améliorer considérablement ton travail (même si elle est présentée négativement), car souvent elle souligne ce qui ne va pas. Après bien évidemment, il faut bien faire attention à la personne qui l’a fait et sur quel sujet.

L’avis de monsieur tout le monde résonne fortement dans des domaines qu’il connait très peu. C’est pour cela qu’il est important de situé la personne qui pose son jugement ou opinion. Tu ne vas pas écouter quelqu’un qui n’a jamais investi pour investir. C’est logique.

Le dragon social

Parfois, l’anxiété nous mets des freins. J’ai en tête l’exemple d’un artiste qui monte pour la première fois sur scène et qui, contre tout attente, n’arrive pas à prononcer de mots. Le traque le paralyse et la honte vient le prendre dans ses bras face au regard des autres. Dégouté par cette expérience terrifiante, il décide d’arrêter sa carrière sur cette mauvaise note. Il finira frustré à 50 ans dans un bar, célibataire et fauché. 

Cette difficulté de s’exprimer et de pouvoir être détacher du regard des autres lorsque l’on intervient en public, peut être surmonter facilement. Il suffit d’observer ses interlocuteurs lorsque l’on parle à cette foule. 

Lorsque j’étais au lycée, j’ai du présenté un projet avec trois camarades devant un jury. Il portait sur l’histoire des consoles de jeux vidéo. Mes camarades étaient super investi dans le projet. Il passait des heures à écrire et à penser à comment présenter la chose. Il c’est avéré que j’étais un peu le glandeur de l’équipe. Mais cela ne m’a pas empêché d’avoir une bonne note à la présentation. 

Ce jour là, j’étais anxieux, alors je faisais des blagues, histoire de me détendre. Arrivé devant le jury avec mes camarades, on a commencé notre speech. Les quatre personnes composant le jury, qui respectait la parité des sex, était attentif à notre présentation. Mon tour arriva plus vite que je ne pensais. J’ai commencé à exposer mon passage. Un trou de mémoire, puis un autre, la langue qui bafouille mais toujours avec le sourire et en regardant le jury. Mes mains parlaient également, mes jambes étaient dynamique et mon flow n’était pas remplis de « heeeeuuuu ». J’ai fini avec un beau 14. Mes camarades mieux armés ont fini avec un 16, 17 et 18. Je n’ai pas été le meilleur ce jour là, mais j’ai évité le pire.

Pour éviter de se faire manger par ce dragon qu’est la vérité, il faut faire preuve de courage et de persévérance. Si on se ferme et qu’on ne la laisse pas nous éclairer, elle nous dévorera. 

Photo de Stephen Leonardi sur Unsplash

Conclusion

Tu l’auras compris, le regard des autres est un élément important pour une construction personnelle optimal. Il faut comprendre que les autres veulent la même chose que nous, réussir. Ils n’auront donc parfois aucun scrupule pour nous attaquer sur ce en quoi nous tenons. Mais l’avantage, c’est que souvent pour réussir à nous atteindre, ils utiliseront des faiblesses apparentes. Ce qui nous permettra de corriger cet écart ou de combler cette faiblesse pour la fois suivante. Le but étant de garder le cap sur ce qui nous fait rêver et de le réaliser avec le temps et du travail. Cependant, il ne faut pas oublier que le regard des autres peut être aussi une source de conflit interne qui nous empêche d’avancer. Il faudra donc se battre non pas face à la critique mais contre soi-même pour pouvoir s’exprimer et tout simplement, exister. 

Une réflexion sur “Le regard des autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *