L’attention mode d’emploi

Attention ! On a tous connu l’une des situations suivante :

– Au magasin, dans le rayon des légumes. Une aubergine en main pour réaliser la ratatouille de saison, je croise une charmante demoiselle au regard sublime dans le rayon des bananes. Son regarde croise le mien au moment ou j’avais l’aubergine en main. Elle me sourit et charmé par ce regard, je dépose l’aubergine à côté de mon sac. Merde.

– Au travail, lors de la réalisation d’un dossier important. Avec le collègue qu’on appelle « Mister ragot », on papote sur le dernier mec que la secrétaire à vu cet week end et merde, le café que je buvais viens de tomber sur le dossier du patron.

– A la maison. C’est l’après-midi crêpe et ma femme m’en a chargé ( Super ! … ). Ma motivation débordante finie par me conduire à regarder une vidéo de chat passionnante où le premier joue avec le laser et le deuxième fait … A merde la crêpe vient de brûler …

– Un petit dernier pour la route. Dans ma voiture, la musique à fond, je danse sur le rythme du son que je préfères, en chantant à tue-tête. Puis je me calme d’un coup, c’est la musique commercial qui inonde les radios en ce moment. Je me précipite sur le bouton de la radio pour changer de station et Bim ! Je n’ai pas vue le feu passer au rouge, le pare-brise est fracturé et une horde d’inconnue s’agglutine vers une personne derrière moi. 

Attention, prêt, partez !

Qu’elle est le point commun entre ces quatre situations ?

Bien évidemment, c’est l’attention.

Est-ce que ces différentes situations aurait pu être évitées ?

Bien évidemment, c’est une évidence.

Petit exercice :

Reprendre chacune des situations et imaginer comment l’erreur aurait pu être évité. Ça paraît simple, hein ? La pratique, c’est autre chose.

Dans cet article, je vais parler d’éléments du livre « The one thing : comment passer à l’essentiel pour réussir tout ce que vous entreprenez » de Gary W. Keller et de Jay Papasan, deux entrepreneurs qui ont réussi. Ces auteurs donne différents moyens pour parvenir à se focaliser sur ce qui est vraiment important. Je vais donc partager quelques élément que j’utilise.

L’essentiel de l’instant présent

Combien d’éléments peut-on réaliser en même temps ? 

Un homme répondrait : « Je ne suis pas une femme, je ne peux faire qu’une seul chose à la fois. » 

Merci pour cette phrase mythique qui ne fait qu’alimenter les stéréotypes déjà existant. Et oui désolé mesdames, mais ce cliché est faux. 

Une homme et une femme sont égalitaire sur leur capacité de concentration. 

Cependant, l’utilisation de notre attention ne sera pas la même.

A savoir qu’avec de la répétition, certaines tâches peuvent être maîtrisées et réalisées ,en même temps qu’une autre. 

Exemple : 

Dans une société avancé, la femme chargé du ménage arrive à gérer la cuisine ainsi que les enfants et tout ça, en gardant le sourire. 

Elle n’est pas surhumaine et un homme pourrait faire de même. 

Le fait qu’elle ai des années d’expérience de repassage, de réalisation de lasagne et du fait qu’elle a quatre enfants, lui permettent de réaliser c’est différentes tâches, en même temps, sans pour autant être en difficulté.

Donc la qualité de la réalisation de nos actions dépend du niveau d’investissement de notre attention.

Si on réalise 2 actions en même temps, qu’arrivera-t-il ?

Si on réalise 3 actions en même temps, qu’arrivera-t-il ?

Imagine : 

L’hiver est bien présent cette année. La neige est tombé et les lacs sont gelés. Aujourd’hui après quelques jours de brouillard, le soleil vient enfin montré le bout de son nez. Alors l’envie de marcher sur le lac près de chez moi vient me titiller. 

Une idée farfelue me traverse l’esprit. La glace à l’air épaisse, j’ai envie de tester sa résistance. La réflexion se lance.

Si je me couches sur la glace, le poids sera reparti sur une étendu plus grande et l’expérience sera non concluante. 

Par contre si je me focalise sur un partie précise de la glace, et que je saute de tout mon poids dessus, il y a des chance que je transperce la glace.

L’effet domino

Que l’on soit en période d’étude ou que l’on soit dans le monde du travail, il est parfois difficile de ne pas se transformer en ce que j’appelle «  une eau stagnante ». La motivation nous fait parfois défaut et nous empêche d’avancer.

Dans ce livre, les auteurs nous partagent l’idée du domino que l’on pousse afin d’atteindre sur le long therme l’objectif tant attendu.

Cette image renvoie au fait que la vie est un long chemin que l’on découvre petit à petit et si on veut pouvoir accomplir l’objectif que l’on s’est fixé, il va falloir être régulier dans sa réalisation.

Voici quelques pistes qui m’ont aidé à mettre en place une forme de discipline dans mon travail :

– Chaque jour, il faut repérer ce qui est important à effectuer dans notre travail, afin de réaliser des petites taches régulière (programmer sur un agenda les taches du jour)

– Transformer cette élément en priorité (le faire le plus tôt possible) 

– Mettre de côté les éléments moins importants (le faire lorsque tout est fait)

– Réaliser les éléments pratiques qui sont en lien avec cette objectif (exemple, un étudiant à besoin de matériel pour travailler, donc si il arrive en rupture de stock, il dois rapidement en chercher)

L’habitude, l'effet boule de neige

Dans ce livre, on va bien évidemment nous parler d’habitude et de leur importance. 

Pour réussir, il faut être équilibré et en bonne santé. 

Ils nous parlent des différents éléments de notre vie que nous devons privilégier :

l’esprit : il faut lire, écrire, se reposer.

l’émotionnel : passer du temps avec les personnes que l’on aime. 

le physique : faire une activité physique régulière. 

la santé : manger équilibrer.

ton activité : réaliser l’objectif du jour et plus si possible.

Donc le but, c’est d’être attentif, chaque jour, à ces cinq éléments. Si on y parvient sur le long therme, on gagnera en confiance, en estime et en satisfaction général. C’est cinq éléments répondent au besoins élémentaires d’un être humain dit « normal ».

Une batterie sans lithium

Pour terminer cette article, on va voir ensemble comment fonctionne notre attention sur une journée.

L’attention fonctionne comme une voiture électrique. 

Tu la branches la veille pour la recharger, et quand, le matin tu te lèves, elle t’attend, chargée à bloc. Puis tu vas au boulot, et tu consommes une partie de la batterie. La journée se déroule et tu l’utilises pour X raison. La batterie se vide un peu plus à chaque utilisation. Jusqu’à ce que tu rentres, où là, tu commences à ressentir des difficultés de sa part. Normale, la batterie est presque vide. Alors d’un geste automatique, tu la branches pour le lendemain. 

Et bien pour nous, c’est exactement le même fonctionnement.

A la seul différence, qu’on n’a pas de lithium.

Alors il est important de comprendre ce fonctionnement. Pourquoi ? Car le matin et le soir, nous avons des capacités de concentration qui sont élevés. Le matin, on est chargé à bloque et le soir, on est rebranché car on est au calme. Ce qui nous permet de  réaliser certaines activités plus complexe. Lecture, écriture d’invention, sport, débat, etc. Entre les deux, il faut bien jaugé ce que l’on fait pour éviter d’utiliser trop d’énergie et de finir en panne prématurément.

Le bonheur vient de l’attention prêté aux petites choses, et le malheur de la négligence des petites choses.

Proverbe chinois

La fin du trajet

Dans cette course qu’est la vie, pour pouvoir être épanouie, il faut adopter un équilibre qui nous permette de nous sentir bien. Il faut donc donner de l’attention à cinq éléments élémentaire (mon chère Watson),  prioriser notre travail en le divisant en petites tâches, se focaliser entièrement sur ce l’on a à faire et pour finir bien gérer son énergie au quotidien. Pas simple sur le court therme, mais très efficace sur le long.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *